An Eye for an Eye : amitié avec la mort

Après les attentats du 11 septembre, l’Américain Mark Stroman laisse exploser sa haine et tue des immigrés qu’il pensait être arabes, par esprit de revanche. Le réalisateur Ilan Ziv a décidé de suivre jusqu’au bout ce condamné à mort. Un plaidoyer humaniste saisissant.

Les attentats résonnent encore dans la tête de Mark comme « le dernier jour de (sa) vie » confie-t-il à la caméra de Ilan Ziv lors de leur premier entretien. Ce Texan à la vie difficile perd sa soeur dans l’attaque contre le World Trade Center. Ce drame fait exploser sa haine  : quelques jours plus tard, Mark Stroman assassine plusieurs immigrés pour seul motif qu’ils  « ressemblent à des arabes ». Pour regretter ses actes, quelques années plus tard: condamné à la peine de mort par l’Etat texan, les spectateur.ices suivent dans ce reportage la douce repentance d’un suprématiste blanc.

Ilan Ziv travaille sur ce projet depuis plusieurs années déjà. Son objectif ? « Comprendre le mal en chacun de nous », explique-t-il. Pour cela, il cherche d’abord du côté des victimes : des immigrés d’Inde ou du Moyen-Orient qui vivent aux Etats-Unis. Ce n’est que plus tard que le réalisateur israélien parvient à décrocher une entrevue avec le principal concerné : Mark Stroman. Une séquence entrecoupée par des images du passé de Mark et de ses proches afin de mieux comprendre la haine qui l’anime.

Changement de camp 

Loin des stéréotypes véhiculés par les médias qui désignent le criminel comme un « monstre sans coeur », Ilan Ziv se retrouve face à un homme en quête de pardon. Une amitié improbable naît alors entre les deux individus. Dans son film, l’Israélien ne s’en cache pas: leur relation est si forte qu’elle place le réalisateur non plus comme journaliste mais comme un proche de la victime, ce qui l’empêche désormais de filmer ses entretiens, comme lui indique la direction de la prison où il se rend. Ils ne correspondront donc plus que par lettres et par le blog de Mark, « Death Blog », une démarche encouragé par Ilan.

Les séquences se succèdent, les années passent et Mark n’est définitivement plus le même. Ses conversations avec Ilan et les livres qu’il a lu sur l’Holocauste, changent sa manière de voir les choses. Il est coupable mais veut mourir en paix. Les familles des victimes lui pardonnent aussi. Un amour si fort que Rais Bhuiyan, qui a survécu aux balles, déploie ses forces dans une campagne pour obtenir sa grâce.

Une démarche complexe

Tutoyer la mort de si près n’a pas été chose facile. Le réalisateur a du sortir de sa zone de confort. L’empathie qu’il développe à l’égard du coupable est sans cesse remise en question. Amusé, il confie les réactions peu enjouées de sa femme quand il recevait des lettres de la prison. « Je me suis longtemps senti isolé avec ce sujet », avoue-t-il. Son changement de position, de professionnel à ami, modifie  aussi la donne, et l’oblige à passer par d’autres journalistes pour filmer de nouveaux entretiens.

Quant au financement de ce documentaire, Ilan Ziv, pourtant largement applaudi pour sa série documentaire Capitalisme en 2014 (sur Arte), a du financer lui même le reportage avant de se faire aider par le Canada, un pays où il vit la moitié du temps. « Sans le Canada il n’y aurait pas de film » déclare-t-il.

Bouleversant 

S’il pensait d’abord projeter un film sur la peine de mort, Ilan Ziv avoue avoir finalement fait un film « humaniste et universaliste ». A tel point, que le coupable, aux yeux de la caméra, passe d’abord pour une victime. La projection se termine sur une chanson que Mark avait lui même choisie avant de mourir le 20 juillet 2011. La salle applaudit longuement. Les larmes se font sentir, l’avis est unanime : « c’est bouleversant ». Si An Eye for an Eye n’as pas encore de diffusion prévue en France, cela devrait se négocier rapidement.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s