Maïtena Biraben : La télévision ? « Non, ça ne me manque pas ! »

Afficher l'image d'origine
Maïtena Biraben, maîtresse de la cérémonie de fermeture du Fipa – crédits : Nora Bouarioua

Sous un soleil éclatant, nous avons rencontré Maïtena Biraben au Grand Hôtel de Biarritz. Quels sont ses projets ? La télévision a-t-elle un avenir ? L’ancienne présentatrice de Canal + se livre sans concessions.

Après avoir animé Le Grand Journal pendant un an, l’animatrice n’est plus salariée de Canal+ et n’a plus d’émission à la télévision. Interrogée sur le sujet, elle avoue ne pas vouloir s’exprimer sur cette année assez difficile. « Vous pouvez poser les questions mais moi je ne vous réponds pas » prévient-elle. Elle reconnaît plusieurs fois ne pas avoir de projets à la télévision française. « Ça ne me manque pas » explique-t-elle.

Quelques projets qui restent épisodiques

Cet été, Maïtena Biraben va présenter une série d’émissions sur la chaîne suisse RTS qu’elle présente comme sa « maison ». Amie avec la directrice de cette chaîne, 10 émissions seront diffusées entre juillet et août 2017. Actualité, culture et société, l’animatrice veut centrer son émission sur un invité et des images. Elle reconnaît que ce projet, qui est « un hasard, une coïncidence », « n’est pas totalement défini ». Ce projet restera éphémère : « je suis ravie de faire ça avec eux mais ma vie n’est pas là-bas ».

En France, elle participe épisodiquement à l’émission On refait le monde sur RTL. « J’y vais quand on m’appelle avec plaisir » dit-elle avec enthousiasme et souhaite y rester le plus longtemps possible, tant qu’elle y sera demandée. Même si les interventions sont très espacées dans le temps, elle reconnait apprécier cet exercice car « J’ai l’habitude d’avoir des points de vue mais pas de les exprimer ».

« Je crois beaucoup en la télévision »

Après une présence quotidienne sur nos écrans, l’animatrice est toujours fan de télé. « C’est un très beau média » selon elle. A contre-courant du discours ambiant sur une disparition progressive de ce support, elle affirme croire que la télévision a de l’avenir. « On le saurait si Darty ne vendait plus de télévision » livre-t-elle. Même si la jeune génération ne regarde pas la télé « pour l’instant », ce média ne va pas mourir selon elle. Le format JT, souvent critiqué, « est ce qui va perdurer le plus ».

« Quand il y a les attentats, on ne peut pas s’informer ni sur Twitter ni sur Internet » déplore-t-elle. La télévision est le seul média fiable que l’on peut regarder en direct lorsqu’il y a une actualité importante. Elle souligne cependant la nécessité de ne pas s’informer que par la télévision et de croiser les informations entre la presse écrite, Internet, la télévision ou encore la presse étrangère. « On est rentré dans l’ère du grand mensonge donc il faut multiplier les sources pour se faire un avis ».

A peine le temps d’en dire plus, Maïtena Biraben s’éclipse expliquant devoir préparer son intervention ce soir à la cérémonie de clôture du Fipa.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s