Alba Gaïa Bellugi touchante dans « Manon 20 ans »

thumb_17960_picture_program_big

Trois ans après 3x Manon, Jean-Xavier de Lestrade et Antoine Lacomblez, reviennent avec  la série Manon 20 ans, diffusée prochainement sur Arte. Ils renouent avec leur héroïne Manon, jouée par la talentueuse  Alba Gaïa Bellugi, Fipa d’or d’interprétation féminine 2017 dans la catégorie fiction. Les deux premiers épisodes étaient diffusés pendant la 30e édition du Festival international de programmes audiovisuels.

Allongée sur l’herbe, avec ses cheveux brun et son regard noire, Manon esquisse un sourire. Cela tranche avec l’état d’esprit de 3x Manon, qui racontait son internement dans un centre éducatif fermé, après qu’elle ait poignardé sa mère. Désormais libre et un BTS mécanique en poche, elle tente de se faire engager dans un garage de la banlieue de Tours. Très vite, elle est confrontée au machisme du maître d’atelier qui ne croit pas qu’elle soit mécano. Malpoli, arrogant et condescendant, il a déjà tout pour nous déplaire. Il finit par l’engager mais en tant qu’hôtesse d’accueil. La jeune femme de 20 ans, avec sa veste de survêtement noire qu’elle ne quitte jamais, nous enchante déjà avec ses réparties piquantes : « j’aime le cambouis » lance-t-elle à Jennifer Bresson, l’assistante de direction du garage. Elle refuse d’abord « de faire la poupée à l’accueil » avant de se raviser pour des raisons financières.

Une série rafraîchissante 

Sensible, fragile et volcanique, Manon doit s’adapter à l’âge adulte. Tout au long de ces deux premiers épisodes elle apprend la responsabilité, se découvre et explore sa sexualité. La jeune femme ne supporte pas l’injustice et doit tirer les conséquences de ses choix, menant à la démission du chef d’atelier. Entière et pétillante, elle lutte pourtant contre ses démons. Son agressivité contenue lui joue parfois des tours comme au début du première épisode lorsqu’elle met son appartement sans dessus dessous. On comprend aussi que ses problèmes de boulimie ne sont pas entièrement derrière elle. Comme si tout reposait sur un équilibre fragile qui pourrait se rompre à tout instant.  Ses relations amoureuses et familiales témoignent des combats intérieurs de Manon. Elle tombe d’abord sous le charme de Jennifer, sa supérieure, avant de commencer une relation avec Bruno, un mécanicien. Elle jongle entre les deux, ne se résignant pas à choisir. Sa mère toxique, enfin, fait plusieurs apparitions. La tension est toujours palpable entre les deux femmes, qui se bagarrent même à la fin du premier épisode.

La mini-série convainc par le réalisme voulu par les réalisateurs. A la limite du documentaire, elle n’en est que plus touchante. Mention spéciale pour Alba Gaïa Bellugi qui donne vie à son personnage. La jeune actrice crève l’écran et incarne à merveille la complexité de Manon. On attend la suite avec impatience !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s